Les moulins de La Rabatelière

 

Dans beaucoup de communes traversées par un ruisseau, ce sont les seigneurs du lieu (ou les moines) possédant les terres avoisinantes qui ont d'abord mis en œuvre et exploité les ouvrages hydrauliques que sont les moulins à eau.


A La Rabatelière, arrosée par la Petite Maine, les châtelains successifs : la famille Bruneau puis De Montaudoin et enfin De La Poëze ont construit puis entretenu le moulin à eau du Château qui est le plus ancien de la commune  (signalé en 1380). Ces derniers possédaient aussi les deux moulins à vent du Château dont le turquois dit « Moulin Rouge » et le carré à échelle situés près de la Borderie. Les propriétaires du logis de  la Guichardière (Guischard, De La Maufreyère) possédaient un moulin à eau et un à vent. Il y a eu un cas particulier : avant la création de la commune en 1633, car le premier moulin à eau de Mersuaud (signalé en 1515) avait été construit par un entrepreneur sur le terrain du seigneur de la Roche de Chauché.


Après 1789, le moulin à eau du Château est exploité comme auparavant par la famille Suire et les châtelains en sont encore propriétaires. Cependant ces derniers préfèrent ne plus investir dans les moulins à vent. Ainsi les De La Poëze font raser leurs deux moulins à vent du Château  en 1846 et 1847. Ce sont alors les roturiers capables d'acheter du terrain qui font construire les ouvrages. Le farinier de la Guichardière Jean Lardière lance son moulin à vent de la Maison Neuve (Bel Air) en 1831. Les deux moulins à vent du Genet sont construits par Louis Suire en 1845 puis Théophile Suire en 1861. Puis ce sera la construction du moulin Rouge au Grand Bourg par Isaïe Legas en 1872. François Rambaud lance son moulin à eau de Mersuaud en 1859 puis celui à vent près du Legas (déjà cité) en 1876. En 1861 la famille Guesdon de l'Etang de Chavagnes en Paillers fait construire le moulin à eau de l'Etang sur le ruisseau de l'étang de la Parnière (affluent de la Petite Maine).


En 1842, Pierre Théophile Berton invente les ailes à planches. C'est alors un progrès considérable pour les meuniers qui ne sont plus obligés d'arrêter le moulin pour régler la voilure d'où un meilleur confort et sécurité au travail. Cela  relance, pour quelque temps, les moulins à vent.


La Rabatelière recense en 1882 : 3 moulins à eau et 6 à vent en activité. Il existe alors plus de 2000 moulins à eau  et à vent   en Vendée. Le système de meunerie traditionnelle fondé, depuis 2000 ans, sur le broyage des grains par les meules de pierre est alors à son apogée. Mais à  partir de 1880, c'est l'avènement  en Hongrie des broyeurs à cylindres de fonte qui se révèlent bien plus performants que les meules. Ces derniers sont  moins gourmands en énergie et capables de fournir un débit de farine plus important. C'est alors le début de la course à la productivité, l'abandon progressif des meules ou l'entraînement de celles-ci par la machine à vapeur puis le moteur à explosion avant l'arrivée du réseau électrifié. On parle alors de minoteries et... d'abandon des petits moulins qui, face à la concurrence, sont contraints de ne broyer que pour les animaux.


 Les moulins à eau disparaissent ensuite petit à petit : l'Etang en 1882, Mersuaud et la Guichardière vers 1920 et enfin le Château en 1951. Quant aux moulins à vent c'est celui de la Guichardière qui disparaît le premier en 1897, car ses ailes sont vendues aux Herbreteau fariniers à Thorigny de Chavagnes en Paillers (d'après leur livre de compte). Ceux du Grand Bourg arrêtent en 1910 pour le moulin Rouge(Legas--Davisseau), puis Rambaud aux années 1920.  Les moulins du Genet sont abandonnés en 1911 pour l'un et 1939 pour le «  Louis Suire ». L'année 1943 est celle de l'abandon  de Bel Air, suite à une perquisition  effectuée lors d'une meunerie nocturne  par l'Occupant. Après cela, beaucoup d'édifices seront rasés. Il reste encore les bâtiments des moulins à eau du Château et de la Guichardière et un vestige de Mersuaud. Il  y a aussi au Grand Bourg la tour rabaissée du moulin à vent Rambaud qui est incluse dans une habitation. Après son rachat pour un franc symbolique en 1983, le moulin de Bel Air a été rénové, c'est le seul moulin à vent  en état de marche sur le canton de Saint Fulgent qui en comptait 70 en 1882.
 

Coordonnées de la MAIRIE de LA RABATELIERE

3 Rue de l'Etang - 85250 La Rabatelière  Tél / 0251422201 - Fax / 0228975044

 mairierabateliere@wanadoo.fr


Comptes-rendus

bgCompteRendusLes comptes-rendus des conseils Municpaux en ligne.

En savoir plus

VENDÉE VALLÉE

logo-officiel-vendee-vallee@2x

Village fleuri

panneau-village-fleuri-visuel-2fleurs

ACTUALITES

 Logo actualités

Découvrez les actualités de La Rabatelière

 

AGENDA

  Logo agenda
EN UN CLIN D'OEIL

 

SEPTEMBRE

- CONCOURS DE BELOT  du club de La Détente : 23 septembre

OCTOBRE

- RANDONNÉE MOTO ET QUAD des Crampons de Mersueau : samedi 07 et dimanche 08
- ASSEMBLÉE GÉNÉRALE du Comité des Fêtes : Vendredi 13
CONCOURS DE BELOTE du Foot : samedi 28

Tarifs 2016/2017/2018

locSalle

Pour toutes les occasions !

Pensez à réserver votre salle.

Contactez-nous